01/10/2010

Sorties Octobre 2010


Dimanche 31/10/2010 : Tous sains ?
Par Pietro Sirigu 

Comme la météo est très clémente en cette fin d'Octobre, j'ai prévu une sortie plus longue qu'à l'habitude.

J'avais donné RDV à 08h00 ce matin en sachant que nous étions passés à l'heure d'hiver pendant la nuit, cela nous garantissais de partir avec le lever du jour déjà bien présent.

Une autre raison à notre départ matinal, la distance que nous comptons accomplir aujourd'hui est de 110 km.

La sortie qui est prévue est bien connue puisqu'il s'agit d'une partie de notre BRM 200 soit départ depuis Bruxelles via le 1er contrôle à Bracquegnies et retour par Ronquières.

Beaucoup sont en congé, d'autres auront « une panne d'oreiller » ce qui fait que nous sommes finalement que 5 sur le parking au départ de la sortie à savoir Jos, Jean Louis, Eric, Alain et moi.

Les 2 Daniels (Faudrait demander à Jack Daniels un petit effort de sponsoring pour nos 2 compères) sont partis à 07H30 pour effectuer la même sortie mais à leur mesure.

Au départ, Jos nous annonce déjà très clairement qu'il tirera le frein à main et qu'il fera donc qu'une partie du parcours.

Certains vous diront qu'il faut être fou pour faire 110 km avec une météo aussi incertaine mais nous sommes quoi qu'on en dise.....tous sains (Apprécier le jeu de mot bien de circonstance).

Finalement, la météo s'est révélée des plus agréable et nous avons même vu poindre les rayons du soleil. Seul bémol, les routes fort encrassées ont transformés nos vélos en machine de cross et nos chaînes ensablées ont été mises à rude épreuve.

Nous avons assez rapidement perdu Jos puisqu'il était déjà aux abonnés absents dès le passage de Halle.

Nous avons donc continué à 4 avec notre ami Alain qui faisait l'élastique, il nous a avoué avoir rouler à fond toute la matinée ce qui eut pour effet d'étonner notre ami Eric.

A hauteur d'Henripont Alain crève et je répare son pneu, Jean Louis prend la suite à son compte en gonflant le pneu. Alain n'en revient pas, il n'a pas fallu 5 minutes pour toute l'opération alors que lui s'est acharné une partie de l'après-midi d'hier à placer son pneu sur sa roue.

La nature est injuste...pas vrai Alain ?

Nous avons rejoint les 2 Daniel un peu avant le 1er contrôle, chouette cela nous permettra de boire un café en leur agréable compagnie. Ces 2 là, ils ont du mérite... toujours présents pour les coups les plus tordus !

Le retour sur Bruxelles est bien connu puisque nous passons à la « Cantine des italiens » où nous serons escortés par un combi de Police le long de la berge. A notre grand étonnement nous avons vu une voiture flotter dans le canal (Avec plaque française) , cela fait quand même froid dans le dos d'assister à un tel spectacle.

Sur le retour Alain fera toujours l'élastique, on peut dire qu'il à eut l'occasion aujourd'hui de..... savourer chacun des kilomètres du parcours.

Le parcours a quand même été avalé à la moyenne de 29 km/h grâce à une allure soutenue et à la bonne volonté de chacun dans la prise des relais.

Petit bémol à notre sortie, la chute de Jean Louis à quelques encablures de l'arrivée à hauteur de Coca-Cola. Jean Louis est littéralement passé au-dessus de son vélo suite à un bris de chaîne.

Plus de peur que de mal, Jean Louis est légèrement blessé et éraflé sur le côté au niveau du coude et de la hanche.....et sa machine n'a pas subit de dégât. Jean Louis en a vu d'autres......et puis Madame est infirmière !

J'oubliais, Jean Louis ne jette pas ta chaîne celle-ci a été tellement aiguisée par les routes encrassées : qu'elle peut très bien faire une deuxième vie sur une tronçonneuse.

 
                                                                                                                                                                                                                                        

Dimanche 13/12/2009 : Puisqu'il fait beau.....nous rallongerons !
Par Pietro Sirigu

L'automne est là, et bien là. Mais contrairement à ce que la météo prévoyait, il fait sec et finalement assez beau. C'est finalement une météo très clémente qui nous attend.

Nous sommes un beau petit groupe au départ 09h00 soit Gabriel, Jean Louis, Alain, Freddy, Guy, Marc, Jos, Eric, moi et un cyclo (Que j'appellerai incognito, déjà vu 2 fois mais nous ne connaissons ni son nom ni autre chose d'ailleurs).

Nous apprendrons qu' « Incognito » est comme Terence Hill dans « Mon nom est personne », puisqu'il tire vite dans les côtes !

Les 2 Daniel sont partis de leur côté vers 08h45.

Puisqu'il fait beau, je propose de faire un parcours rallongé et assez dénivelé. Nous emprunterons aujourd'hui les côtes de Beersel, Bruine Put, Bois de Halle, Ittre, Virginal, Ronquières, Bois de la Houssière, etc...

Rien à faire, les cyclos sont tous les mêmes et dès qu'une côte se présente chacun montre de quoi il est capable, je parle de Jean Louis, Eric, Gabriel et « Incognito » pour les autres c'est plutôt « Je monte comme je peux ou comment ramer dans le sable ».

Guy lui nous a quitté quelque part après le Bois de Halle pour finalement effectuer un parcours de 70km.

Malgré des différences de niveaux dans les côtes, tout le monde est solidaire et le regroupement s'effectue aux sommets des côtes. Jos accompagné de Marc décide de prendre la tangente aux alentours de Ronquières.

A hauteur d'Henripont, nous perdons 3 compères partis devant Jean Louis, Gabriel et « Incognito ». Jean Louis en grande forme a foncé sur Braine et raté la bifurcation vers le Bois de la Houssière entraînant avec lui ses 2 autres compagnons de route.

J'ai donc roulé le reste du parcours avec Alain, Eric et Freddy.

Nous sommes rentrés avec 86km au compteur pour un joli dénivelé de près de 900m soit la norme d'un brevet à dénivelé.


                                                                                                                                                                                                                                        

Dimanche 17/10/2010 : Par un froid matin d’automne…

Par Alain Darville

Que de monde ce matin, Jean-Louis, Pietro, Freddy, Jos, Martin, Guy, Marc et Gabriel, un petit nouveau qui fait son baptême du feu dans un club. Les Daniel sont déjà partis faire leur tour de leur côté. Et Eric ? Toujours là le dimanche. Et bien à 9h Eric n’est pas là. A 9h06, Eric arrive, chaud comme une loco à vapeur qui vient de gravir le Gothard (avant que le tunnel ne soit creusé). Il avait un pneu plat, et visiblement, il lui faut plus de temps pour changer de vélo que pour réparer un pneu.Clin d'œil

Gabriel a mis 14 mois à se décider pour enfin venir chez nous, mais il en a profité pour affûter sa condition. Rien à redire, il suit déjà les meilleurs. Ce sera un adversaire redoutable pour Christophe, lorsque celui-ci sera réparé. Les côtes, Gabriel connaît, même plus, puisqu’il vient de Sisteron. Sisteron où nous sommes déjà passés deux fois. Nos lecteurs attentifs sauront directement quand et comment.

Mais il fait froid ce matin (4°), l’automne est là pour nous dire que l’hiver est proche, et qu’il sera de plus en plus impossible de mettre un petit cyclo douillet dehors. Un gros vent de Nord-Est nous embêtera un peu à la mi-temps, mais pour le retour, il nous portera.

C’est bizarre, le CTB et nous, nous sommes synchronisés dans nos parcours. Cela fait déjà plusieurs fois que nous nous croisons au même endroit, eux en montée, nous en descente.

Comme d’habitude, les grosses accélérations sont dues à Jean-Louis qui tire le groupe, naturellement Jos et Marc ont renoncé à nous suivre depuis longtemps, Guy l’a déjà fait depuis le kilomètre 0,035.

Les 67 km sont bouclés en moins de 2h20 par les meilleurs, ça roule donc toujours aussi vite. Il parait que c’est Jean-Louis qui a gagné, Pietro ayant un peu joué avec les b... de Gabriel Innocent dans la dernière montée, c’est sans doute ça qui lui a coûté le sprint final.


                                                                                                                                                                                                                                        

Dimanche 10/10/2010 : Le retour de Matthieu Laisnez
Par Pietro Sirigu 

La fin de la saison des brevets est arrivée et donc nous nous sommes mis en mode sorties hivernales.

Nous partons donc maintenant tous les dimanches depuis le stade à 09h00 du matin.

Aujourd'hui nous effectuerons une sortie de 65 km, soit le brevet A de la fin du mois de Septembre, celui-ci présente le grand avantage d'être fléché ce qui facilite la vie aux nouveaux arrivants.....en cas de naufrage.

Aujourd'hui nous avons un nouvel arrivant, Matthieu Laisnez...enfin un nouveau ancien puisqu'il a roulé chez nous pendant plusieurs saisons avant de se complaire dans la facilité et d'emmagasiner quelques kilos.

Matthieu pesait à quinze ans environs 55-60 Kg tandis que maintenant, il frise le quintal c'est ce qui l'a motivé à revenir parmi nous.

Pour une première sortie, son pneu arrière est plat déjà bien avant le départ.

Au démontage, nous constatons qu'il n'y a pas de fond de jante à sa roue ce qui explique la crevaison.

Comme Matthieu est électricien, je lui demande du tape isolant de façon à protéger sa jante.

La réparation tiendra fort bien et il a rejoint l'arrivée sans rencontrer de crevaison alors que 2 crevaisons viendront émaillés notre sortie... 2 crevaisons sur des roues équipées de fond de jantes : allez comprendre !

Matthieu voulait faire le 40 km pour se remettre dans le bain, mais nous l'avons persuadé de nous accompagner sur le 65 Km où il a finalement très bien tenu.

Malgré quelques passages à vide surtout dans les côtes et face au vent, il n'a jamais vraiment été largué et finalement c'est avec beaucoup de mérite qu'il il a suivi le mouvement.

Je suis certain qu'il reviendra rapidement à niveau, s'il persévère dans cette voie.

 

Une petite anecdote :

Jos (pas encore tout a fait réveillé !)  a reconnu le vélo de Matthieu mais pas son propriétaire :

 

Jos : « Tiens Pietro, tu as vu ce vélo..... c'est étrange, on dirait exactement le même vélo que le gamin de Saint-Gilles qui roulait chez nous il y a quelques années. »

Pietro :  « Mais Jos, tu as raison c'est.......son vélo ! »

Jos : « Bon dieu...Matthieu, je ne t'avais pas reconnu ! »

Les commentaires sont fermés.